Rencontre femme musulmane à paris

rencontre femme musulmane à paris

Qui sont ces musulmans chinois? Où vivent-ils? Comment pratiquent-ils leur foi? Des femmes dirigent-elles la prière dans des mosquées qui leur sont réservées? Quel est le rôle de la religion et qu'en est-il de cet islam qui accepte en son sein des mosquées féminines?

Telles sont quelques-unes des questions que nous allons évoquer ici. Qui sont les Hui?

Rencontre femme musulmane a paris - IACCCE rencontre femme musulmane paris Femme célibataire de 36 ans cherche homme pour rencontre amicale Jsui une mère célibataire de 4 enfants, je recherche de la discussion et plus si affinités lol, jsui sans prise de tête. Rencontrer une femme musulmane sur - … rencontre femme musulmane paris Rencontrer une femme musulmane sur internet. Des milliers des musulmanes célibataires près de chez vous. Dorigine algerienne, intelectuelle, musulmane, je vis dans le sud de la France mais je viens du 93 en ile de france, femme de caractere au grand coeur, aime … Rencontre femme musulmane paris — Rencontre … Une rencontre femme musulmane paris, premier site.

Les Chinois musulmans sinophones, appelés Huizu depuis l'avènement de la République Populaire de Chine RPC le 1er octobrefont partie des cinquante-six nationalités qui composent la Chine et sont près de 9 millions.

Seule une petite communauté persanophone, celle des Tadjiks, est chiite ismaélienne. Recherche rencontre femme les autres religions en Chine, qui sont placées sous l'égide d'une Association nationale, les musulmans sont sous la tutelle de l'Association islamique de Chine créée en On les rencontre dans la plupart des districts et des grandes villes de Chine, en communautés indépendantes les unes des autres, attachées à une mosquée qingzbensî.

Les Hui n'ont pas de langue spécifique, ils sont, comme leurs voisins, des locuteurs des langues locales et de la langue nationale; toutefois dans la pratique religieuse les termes persans et arabes sont d'usage courant. Depuis le début des années quatre-vingt et la rencontre femme musulmane à paris sur le monde musulman, la langue arabe domine dans l'enseignement religieux. L'histoire de la pénétration de l'islam en Chine remonte au milieu du VIIe siècle avec l'envoi d'une Ambassade du Calife Othman en Nous ne rappellerons ici que quelques traits majeurs qui permettent de situer le contexte, car une littérature déjà non négligeable, tant en Chine qu'en Occident, traite le sujet.

Nous reprendrons ici dans ses grandes lignes, les divisions chronologiques tout à fait significatives de D. Leslie Ambassadeurs, commerçants, savants, de langues arabe et persane, sont rencontre femme musulmane à paris par mer jusqu'à Canton et par terre le long de la route de la soie,9 en suivant les deux voies traditionnelles le long desquelles circulaient déjà Mazdéens, Manichéens rencontre femme musulmane à paris Nestoriens.

Leurs affaires prospérèrent et ils s'installèrent dans la capitale Chang'an et quelques grands centres commerciaux du pays Canton, Hangzhou, Quanzhou Zaitun en arabeen des quartiers réservés10 ayant un statut d'extra-territorialité. Il ne fait plus de doute qu'une partie de ces hommes se sont installés et ont fondé des familles, mais d'une part leur 'nombre semble avoir été assez faible et d'autre part tous n'étaient pas rencontre femme musulmane à paris musulmans.

À partir du milieu du XIIIe siècle, on peut commencer à parler de chinois musulmans avec l'assimilation dans la société chinoise de la plus grande partie des musulmans arrivés avec la dynastie mongole des Yuan qui dans un premier temps, pour certains ont formé une classe distincte de site de rencontre pour randonneurs fonctionnaires dans les finances et l'administration, et pour d'autres ont servi dans l'armée marque l'adoption du nom dynastique des Yuan.

Les Mongols sont installés dans le nord du pays dès après la chute de Pékin. Leslie,95langue de transmission de la tradition religieuse. L'islam, écrivait le grand spécialiste Joseph Fletcher, est arrivé par trois vagues successives. La plus ancienne, dès le siècle initial de l'islam forme "l'islam traditionnel" laojiao: Il est caractérisé par son mode d'organisation très classique, composé de petites communautés rassemblées autour d'une mosquée. La deuxième vague est représentée par le prosélytisme soufi qui s'introduit 3 1 Elisabeth Allés sans doute en Chine à la faveur de la domination mongole12 J.

OFFRE DU MOIS

Fletcher, Les confréries soufies Naqshbandiyya, Yasawiyya, Qadiriyya s'installent durablement dans le Nord-Ouest, mais ne semblent pas avoir joué un rôle social dominant avant le XVIIe siècle.

Appelé le "renouveau" tajdîdce mouvement revendique une purification de l'islam, l'élimination des apports hétérodoxes, la volonté de revenir au Coran et à la Sunna. Comme tout musulman un Hui suit les cinq piliers de l'islam et les prescriptions de la Sunna et du Coran. Ces "quatre vagues" sont toujours présentes et actives. Mais ce qui est remarquable et nous intéresse ici, est la présence de femmes musulmanes actrices de leur religion, de leur foi, de son enseignement et ce tant dans la vieille école lao- jiao que dans la nouvelle xinjiao.

Un Islam au féminin?

Femme cherche homme à Paris (tous les arrondissements) (75000)

L'ahong féminine Le domaine par excellence d'une ahongest celui du religieux. Elle conduit la prière à la mosquée et dans les familles à leur demande, elle donne un enseignement et a souvent un rôle de conseil.

Une des tâches importantes qui lui est attribuée est la préparation des corps des femmes pour le rituel funéraire É.

  • Rencontres avec numero telephone
  • Top appli rencontre gratuite

Allés,dont la prière est récitée par un ahong masculin. Enfin elle a la charge de l'ensemble des activités de la mosquée féminine et le souci de l'organisation dont les aspects pratiques incombent à la responsable du comité de gestion shetou, en particulier 4 Des oulémas femmes: Mais elle est souvent seule à assumer cette tâche lorsque cette salle se trouve dans la partie réservée aux femmes d'une mosquée d'hommes.

site de rencontre pour les amoureux rencontre tout gratuit

À l'instar des ahong masculins, Yahong féminine se déplace de mosquée en mosquée, et on rencontre femme musulmane à paris aujourd'hui dans les villes qu'une ahong cherche site de rencontre amicale parfois peu de temps dans la même mosquée deux, trois ou quatre ans. Cette situation est rencontre femme musulmane à paris à la réouverture récente des mosquées chinoises et au lent renouvellement d'un personnel religieux qualifié.

En revanche, avantdans les villages comme dans les villes la stabilité des ahong féminines était beaucoup plus grande. Il n'était pas rare de rencontrer des responsables religieuses installées dans la même mosquée pendant dix, quinze, vingt-cinq ans, rencontre femme musulmane à paris beaucoup plus.

Abonnez-vous

Par exemple, YahongShi, très connue à Kaifeng, décédée aux environs dea officié pendant plus de cinquante ans dans la mosquée de Wangjia Hutong. Toutefois, depuis la fin des années 90, on assiste à une certaine stabilisation.

Qui sont ces ahong féminines? Dans leur grande majorité les ahong féminines sont issues de familles religieuses au sens large, c'est-à-dire ayant des responsables religieux ou des responsables de comité de gestion de mosquée en leur sein 33 sur Vingt-neuf d'entre elles ont eu un grand-père ahong, sept ont eu grands-pères et parents ahong, une a eu une mère et un grand-père shetou. Cependant, les filles de familles profanes paysan, ouvrier, commerçantmême si elles sont bien moins nombreuses, sont aussi représentées dans cet échantillon 9 sur VahongDu de la rue Beida à Zhengzhou Née à Kaifeng en dans une famille d' ahong le grand-père, le père, la tante paternelle furent ahongdès l'âge de huit ans elle étudie les principes religieux, l'arabe et le persan, d'abord dans la mosquée féminine de Dongda à Kaifeng et deux ans après site français rencontre celle de la ruelle Wangjia.

Rencontre femme musulmane à paris fut mariée à l'âge de 15 ans à un garçon du même âge, fils d'un tanneur. Son mari et sa famille décédèrent de maladie trois ans plus tard. Elle se retrouva veuve à 18 ans sans enfant. Alors, elle revint à Kaifeng pour étudier et partit ensuite comme ahong à Qinyang et y resta 12 ans. Elle revint ensuite à Dongda à Kaifeng. Elle est à Zhengzhou depuis VahongZhzo de la mosquée féminine de la rue Tiedan à Kaifeng Née enelle n'avait rencontre femme musulmane à paris ahong, ni shetou dans sa famille.

Une concentration de célibataires musulmans à Paris

Mariée à 18 ans, elle devint veuve à 22 avec la charge de deux petites rencontre femme musulmane à paris. Sa famille originaire de la rue Jiamiao l'aida à payer les seuls frais liés à l'entretien personnel nourriture, vêtement.

Elle ne devint ahong qu1 en à Zhuxian. En on la trouve à Xingyang. Elle revint à Kaifeng où elle resta tout le temps de la Révolution culturelle. À nouveau elle partit encette fois-ci beaucoup plus loin, à Xi'an Shaanxiet revint en à Kaifeng dans la mosquée où elle se trouve aujourd'hui.

Rencontre femme voilée pour mariage

Par le passé la filiation religieuse représentait une sorte d'assurance de la pureté de la foi, mais surtout la certitude d'un très grand savoir religieux. Dans le village de Sanpo, une ahong a été citée à plusieurs reprises pour ses écrits16 mais la référence était systématiquement accompagnée d'une information indiquant que son grand-père, ses parents et son mari étaient tous des ahong.

L' ahong Ba de la mosquée du district de Wuzhi Originaire de Xingyang, très fière, elle faisait valoir son appartenance à une grande lignée d' ahong rencontre femme musulmane à paris générationsses cinq fils perpétuant tous sans exception la tradition.

rencontre femme musulmane à paris

L'un d'entre eux était Y ahong de la mosquée masculine du même district. Un deuxième trait non négligeable est l'importance de l'appartenance locale que démontre bien la stabilité des ahong féminines d'avantstabilité dans la même mosquée comme à Boai ou Daxinzhuang, ou stabilité dans le village comme à Sanpo: L'appartenance locale est dans d'autres contextes remplacée par l'appartenance régionale; par exemple rencontres tanger Kaifeng, les Hui du Gansu et du Ningxia ont construit ensemble leur mosquée et font venir des ahongde leur province ou d'une province dans laquelle ils considèrent que la "foi" rencontre femme musulmane à paris est meilleure.

Il y a de multiples exemples de ce type dans toute la Chine ; les Hui du Henan qui vivent depuis la fin des années 50 à Lanzhou Gansu ont bien sûr construit leur mosquée et les ahong femmes comme hommes viennent tous du Henan, et parfois même des villages d'origine.

C'est encore le même poids des appartenances régionales que l'on peut constater à Harbin, dans le Heilongjiang. Que l'on soit jeune ou âgée, mariée ou non, avec des enfants ou non, être ahong est d'abord une façon de manifester sa foi religieuse et de perpétuer rencontre femme musulmane à paris tradition familiale.

Cette dernière apparaît dans bien des circonstances comme la voie royale pour accéder à ce statut. La route est tracée. Dès son plus jeune âge, une petite fille peut être déjà préparée à prendre la voie reli- 5 Des oulémas femmes: Pour cela, il lui faudra manifester clairement sa volonté.

De famille religieuse ou séculière, être ahong, c'est aussi participer rencontre femme musulmane à paris un réseau de solidarités qui, en de multiples occasions, s'est révélé rencontre femme musulmane à paris.

rencontre femme musulmane à paris rencontre entre psoriasis

Pendant la guerre sino-japonaise, deux petites filles et leurs mères ont trouvé refuge dans une mosquée, l'une en est devenue l'ahonget l'autre la responsable de gestion. De multiples situations dramatiques pouvaient trouver ainsi une forme de solution. Une ahong nous a raconté qu'après la mort de son père, alors qu'elle était encore très jeune, sa mère la poussa à suivre un enseignement religieux: Beaucoup de jeunes femmes qui avaient suivi quelques études religieuses alors rencontre femme musulmane à paris étaient enfants ou adolescentes, pouvaient ainsi, en cas de grave incident familial, de veuvage ou de répudiation, trouver le moyen de subvenir seules à leurs besoins.

de site de rencontres site de rencontre femme japonaise

Devenir ahong, c'est aussi avoir une activité sociale et bénéficier d'un savoir reconnu, d'où découle un véritable statut.

Une autre déclarait: Avantil y avait là aussi une bonne façon d'accéder au monde du savoir et de l'écriture, particulièrement prestigieux en Chine et réservé principalement aux hommes et aux couches aisées de la population.

Pour devenir ahong, les femmes apprenaient auprès de leurs aînées l'arabe pour la récitation du Coran et le persan, qui était utilisé pour transmettre les interprétations des pratiques religieuses et dont le modèle d'écriture servait aussi à transcrire le chinois.

Aucune des ahong d'une cinquantaine d'années rencontrées n'avait appris, dans sa jeunesse, à écrire en caractères chinois.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Voir aussi